L'Ethiopie et la reine de Saba

ancient Megalith stela field in Axum, Ethiopia

L’Éthiopie et la reine de Saba

Peu de légendes fascinent autant que celle de la reine de Saba. Mentionnée dans la Bible, le Coran et le Talmud, son histoire a inspiré pendant des siècles compositeurs, chorégraphes, écrivains, peintres et cinéastes. Balkis, Makéda, la Reine du Midi, elle a porté bien des noms et les détails de sa vie ont tant été romancés qu’on ne sait plus séparer le mythe de l’Histoire.

Le royaume de Saba s’étendait du nord de l’Éthiopie jusqu’au Yémen. Belle, d’une intelligence rare, souveraine avisée d’un royaume prodigieusement prospère, on raconte que la reine Makéda se rendit jusqu’à Jérusalem pour tester l’intelligence du roi Salomon. Selon les Éthiopiens, le roi Salomon séduisit la reine et celle-ci, après son retour à Saba, eut un enfant, Ménélik. Il grandit et fut bientôt en âge de voyager. Il rendit visite à son père le roi Salomon, qui lui confia l’Arche d’Alliance et les Tables de la Loi.

Les souverains de la dynastie des Salomonides, qui perdure de 1270 à 1972, se revendiquent comme des descendants du roi Salomon et de la reine Makéda.
Des traces du royaume de Saba et de sa reine fabuleuse demeurent en Éthiopie. À Axoum, sous les restes du palais du roi Caleb, un édifice plus ancien a été mis au jour, que certains scientifiques soupçonnent d’avoir été le palais de la reine de Saba.

Par fragments, la légende semble toujours vivre en Éthiopie. Si l’envie vous prend de partir sur les traces de la célèbre Balkis, suivez notre guide des lieux mythiques à visiter.

Sur les traces de la reine de Saba

La célèbre Balkis serait originaire du nord de l’Éthiopie, de la province du Tigré, plus précisément. Mais arpenter les paysages majestueux, observer l’imposant profil du massif de Gheralta, s’installer sous un arbre avant de commencer l’ascension vers une des églises troglodytes du Tigré peut-il suffire à se sentir plus proche de cette reine légendaire ? Pour aller plus loin sur la piste de la reine Makéda, certains lieux méritent d’être visités en détail.

 

Axoum est l’un d’entre eux. Au-delà des obélisques pour lesquels la ville est célèbre, rappelons que, du temps des amours de Saba et Salomon, Axoum était un comptoir commercial et une capitale, passage obligé pour le commerce entre l’Afrique et l’Asie. Cette ville a toujours eu un lien très fort avec la dynastie des Salomonides. On y sacrait les rois et ils y construisaient leurs palais. La découverte d’une stèle ornée du symbole de Saba laisse à penser que la célèbre reine y avait aussi élu résidence.
Les bains de la reine de Saba, un réservoir d’eau sur le chemin des tombes du roi Kaleb et du roi Gebre Meskel, servent de baptistère pour les croyants. Essayez de vous y rendre pendant les célébrations de Timkat.

De plus, c’est aussi à Axoum, dans la chapelle Sainte Marie de Sion (Aksum Mariam Seyon) que reposent l’Arche d’Alliance et les Tables de la Loi confiées à Ménélik par Salomon. Toutefois, il vous sera impossible de vérifier la véracité de cette partie de l’histoire, car seuls certains membres du clergé sont autorisés à entrer dans la chapelle abritant l’Arche d’Alliance. Les autres devront se contenter de l’extérieur du bâtiment.
Si vous souhaitez voir des vestiges concrets, ancrés dans un contexte historique avéré, la ville porte aussi les traces d’une autre souveraine, moins célèbre, mais redoutable : le champ de stèles de la reine juive Gudit, qui renversa la dynastie Aksoumite et ordonna la destruction de nombre d’églises et de monuments chrétiens dans le courant du Xe siècle après J.-C.

Aujourd’hui encore, historiens et archéologues peinent à démêler le vrai du faux, et chaque nouvelle fouille donne lieu à de nombreuses spéculations. Qui était Makéda ? La légende de ses amours avec le roi Salomon est-elle vraie ? Et si la vérité était décevante, ne vaudrait-il pas mieux continuer de voir l’Éthiopie comme un pays de mille fables, une terre de contes aux rois mythiques ?

Une escapade au pays de Saba vous permettra sûrement de vous faire votre propre idée sur la question, mais, quoi qu’il arrive, gardez en tête ce qui suit.
Vous verrez que cette légende perdure surtout dans l’imaginaire des traditions orales de l’Éthiopie. Aussi, si jamais vous regrettez de ne pas trouver ce que vous cherchiez, parlez de la reine Makéda à un Éthiopien. Vous vous rendrez compte de l’importance de cette légende pour la culture éthiopienne, et combien les Éthiopiens sont fiers, aujourd’hui encore, d’être les descendants de cette histoire fabuleuse.