La cuisine en Ethiopie

La base de la cuisine éthiopienne 

Le teff

Le teff, une des plus anciennes céréales cultivées par l’humanité, constitue la base de la cuisine en Éthiopie. La farine de teff sert principalement à confectionner le plat national du pays, l’injera.

Du fait des périodes de jeûne religieux des chrétiens orthodoxes, durant lesquelles aucune consommation de viande n’est tolérée, de nombreux plats locaux sont végétariens. De quoi profiter de la grande variété de fruits et légumes cultivés en Éthiopie. Néanmoins, la viande reste bien présente, notamment pour les jours de fête. On la déguste grillée, en ragoût ou encore crue. La consommation de poisson, quant à elle, reste rare et cantonnée aux alentours des lacs.
Un large éventail d’épices, comme le redoutable piment berberé, vient compléter la palette des saveurs traditionnelles éthiopiennes.

Les meilleurs plats éthiopiens

L’injera

Impossible d’aller en Éthiopie sans goûter à l’injera. On peut être un peu dérouté par ces galettes à la consistance spongieuse et au goût légèrement acide, roulées sur elles-mêmes comme de petites serviettes. Mais passée la première surprise, on apprend à aimer le mélange de saveurs entre l’injera et les plats dans lesquels on la trempe. Attention toutefois, il existe des règles strictes pour déguster l’injera : ne manger que de la main droite et ne jamais se lécher les doigts.

Les tibs

Les tibs sont un plat très accessible : des lanières de viande grillée, parfois servies avec des légumes. Pour celles et ceux qui auraient du mal à apprécier les saveurs inhabituelles de l’injera, les tibs constituent une autre porte d’entrée sur la cuisine éthiopienne.

Le Wot

Un des passages obligés pour se familiariser avec la cuisine d’Éthiopie est le wot. Le wot est, tout simplement, un plat en sauce que l’on mange avec de l’injera. Il existe trop de wots différents pour tous les citer ici. Certains contiennent de la viande, comme le doro-wot (au poulet) ou le beg-wot (à l’agneau). D’autres, végétariens, tirent parti de la grande variété de légumes disponibles en Éthiopie : épinards, maïs, carottes, blettes, tomates…

 

Le shiro

Le shiro, incontournable des jours de jeûne, est un wot à base de légumes secs, comme les pois chiches ou les lentilles.

Le Kefto

Les plus courageux auront peut-être envie d’essayer le kefto, des boulettes de viande de bœuf crue agrémentées de piment, d’épices et de beurre clarifié. Il existe une version de ce plat, le gored gored, où la viande, non marinée, est coupée en cubes.

 

Le Firfir

Le firfir, souvent consommé au petit-déjeuner, est un plat familial par excellence car il permet de réutiliser les restes d’injera de la veille. Il s’agit d’injera coupé en petits morceaux, imbibé de sauce, d’épice berberé et de beurre clarifié, que l’on mange avec de l’injera frais. À réserver aux aficionados de l’injera.

 

La t’ella

Comment parler de nourriture sans évoquer également la boisson ? L’Éthiopie possède son lot d’alcools typiques, comme la t’ella, une bière traditionnelle, ou encore le tedj, un hydromel souvent fait maison.

Si la cuisine éthiopienne peut paraître inhabituelle pour des palais occidentaux, vous verrez qu’on y prend très vite goût.

Vous sentez-vous prêt à découvrir de nouvelles saveurs ?

Nos voyages associés